Olivia Pierrugues

« Ite, mimus est » - Exposition L'antichambre des héros

Oliivia Pierrugues, Pablo Guidali et Mehdi Savalli, féria de Pâques, avril 2008

Sans titre, série Ite, mimus est, 2009

lire la Presse La Provence
lire l'interview réalisée par les photographes.com

Introduction au travail d'Olivia Pierrugues...

Parcourant l’Espagne, particulièrement Séville, et le sud de la France, cette jeune femme photographe s’intéresse très tôt à la tauromachie et à la question des images d’Épinal que cette tradition véhicule.

Elle ne photographie donc pas dans l’arène, non, car les points de vue imposés imposent des figures de style trop convenues. Afin de creuser un sillon jusque-là peu emprunté, Olivia Pierrugues oriente son regard sur le désir qui naît chez les jeunes d’être un jour torero, d’être face au taureau, et de participer à la ferveur de ces événements populaires. Cette ferveur, comment en rendre compte dans une image, comment en tant que photographes trouver une alternative à la mélancolie généralisée dont d’autres photographes sont friands ?

Depuis deux ans, elle fréquente différentes écoles taurines. Elle y voit des jeunes garçons, peu de filles, et des professeurs, des amateurs...

Les lieux sont souvent improbables, loin d’une vision d’école. Elle cherche à y capter « quelque chose », des échanges de regards, des objets ou des instruments typiques utilisés ou délaissés, des d’adolescents gauches, des corps qui s’ennuient, des visages fiers, des positions de grands... lire la suite

Sans titre, Séville, Espagne, 2009
Sans titre, Séville, Espagne, 2009
Sans titre, Séville, Espagne, 2009
Sans titre, Séville, Espagne, 2009